Curcuma, épice ou alicament?

De la même famille que le gingembre ou la cardamome, le curcuma est un rhizome bourré de bienfaits.

20170530_171020Ingrédient incontournable des currys de la cuisine indienne, on le consomme peut – être sans le savoir comme colorant (code E100) dans les moutarde, yaourts, fromages, merguez … voire même comme base de teinture dans les tissus.

Sa couleur orange vif signe la présence d’un pigment appelé curcumine. Cet ingrédient actif confère au curcuma sa grande capacité antioxydante.

L’OMS (*) lui reconnait un intérêt dans les dyspepsies (digestions difficiles), les flatulences, l’acidité gastrique et les ulcères gastro-duodénaux; et indique que son action anti-inflammatoire est liée à la curcumine et ses dérivés.

D’autres études  (**) confirment une activité protectrice du foie donc détoxiquante.

De nombreuses spécialités de curcumine contiennent du poivre ou de la pipérine sensée augmenter sa pénétration mais peuvent s’avérer irritantes pour certaines personnes. La façon la plus agréable de consommer du curcuma serait dans un curry à l’indienne ou dans un mélange simplissime : lait chaud, curcuma, épices (gingembre, cardamome…) et sucre.

Les recettes de golden milk ou laits d’or (***) sont à la mode mais seraient controversés par les puristes qui y voient des préceptes contraires à ceux prônés par la médecine ayuvédique (aliments « chauds » et « froids » donc contraires, laits végétaux,  miel chauffé, lait de coco ou huile de coco…)

Le curcuma hors usages alimentaires est déconseillé aux  personnes qui prennent des anticoagulants, en cas de troubles biliaires, aux femmes enceintes et pendant l’allaitement

(*) http://apps.who.int/medicinedocs/fr/d/Js2200e/14.html#Js2200e.14
(**) Nicol M. et al. Le curcumin. Méd. Nut. ; 2005 ; 41(3):135-45
(***) http://www.sirenebio.fr/blog/le-golden-latte-la-boisson-ayurv%C3%A9dique-que-tout-le-monde-veut-boire